• vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure

Nicolas Robel, How should i know?

Joseph Ghosn, 9–15 novembre 2005
Les Inrockuptibles nº 519, livres, poches

Présenté sous la forme d'un petit carnet de notes, ce livre (trilingue mais en fait quasiment muet, malgré la présence de quelques textes non illustrés) est une sorte de mini-monographie qui capte quelques fragments de l'univers de Nicolas Robel. Ce dessinateur suisse est déjà l'auteur de bandes dessinées aux tonalités intimistes dont on trouve ici des traces, des réminiscences. En fait, tout dans l'œuvre de Robel, que ce soient sa manière de dessiner, de concevoir et d'agencer des récits, semble ancré dans une sorte de dissection de sentiments liés à la nostalgie, à la perte de soi et à la recherche de l'identité. Autant de choses qui font que son univers semble apparenté avec celui de Gus Van Sant, mais revisité par Franquin ou Macherot. Un jolie collision qui fait de Robel l'un des auteurs intéressants du moment.