• vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure

Bülb Comix invente la bédé gigogne

ÉDITION / Cette toute jeune maison genevoise publie des albums hypersoignés, aux formats iconoclastes. Présentation de son jeune patron-dessinateur avant le vernissage d'une exposition collective.

Jérôme Estèbe, samedi-dimanche 16-17 janvier 1999
Tribune de Genève, Culture

«Je suis un maniaque», avoue de but en blanc Nicolas Robel avec un sourire fugitif. Il a 24 ans, le regard limpide et un petit bouc clairsemé. Bülb Comix, c'est lui. Vieille d'un an et demi à peine, cette maison d'édition genevoise spécialisée dans la nouvelle bédé jouit déjà d'un catalogue rondelet. «Je fais tout ou presque, poursuit Nicolas. La gestion, l'administration, les sérigraphies, le pliage et la distribution… Tout ça empiète parfois sur mon propre travail de dessinateur.» Car le jeune homme est le premier des poulains de sa propre écurie. Son dernier album, Joseph, sera d'ailleurs baptisé en compagnie de quelques autres nouveautés de la maison, ce soir, lors d'une exposition au Deuxième Bureau, bistrot dans le vent de la rue du Stand.
On y découvrira aussi les planches du très bizarre Invaçion del Mar, commis par le dessinateur biennois Christophe Lambert, ains que celles du King Cat Collection de l'américain John Porcellino. Un Yankee chez les éditions Bülb? «Je n'ai jamais vu John, avoue Nicolas. Il vit dans une banlieue middle-class de Chicago. J'ai découvert ses bédés grâce à un fanzine photocopié et confidentiel qu'il édite lui-même.» Le registre de ce John Porcellino? Des flashes autobiographiques au graphisme enfantin, que Nicolas a compilé et traduit. «C'était pour moi un vieux rêve de lui offrir une édition de luxe de son travail. J'ai comme ça pas mal de projets que je réaliserai un à un.»

Bébés bédés

Chez Bülb règnent la minutie et l'amour de la bédé bien emballée. «En fait, j'adore les beaux livres», explique le Genevois en caressant distraitement la couverture de King Cat Collection. «Je soigne les petits détails: la tranche, la qualité du papier. Il faut qu'il y ait de la sensualité dans le toucher d'un album.» Autre dada de Nicolas, les formats. Bülb comprend trois collections aux tailles bien précises, respectivement baptisées 40 watts, 25 watts et 2 watts. Les volumes de cette dernière série affichent des mensurations liliputiennes. Des bébés bédés de 3,5 sur 4,5 cm, soit à peine plus larges que la marge de la page que vous lisez en ce moment.
L'exposition du Deuxième bureau présentera cinq nouveaux 2 watts. «Désormais, j'essaye de proposer à des auteurs plus connus – entre guillemets – de sortir un bouquin chez moi. Ils savent qu'ils publieront des choses chez Bülb impossibles à sortir ailleurs.» Parmi les nouveaux miniformats figurent ainsi les signatures de l'illustrateur français Benoît Jacques et du Zurichois Noyau, respecté pour ses habillages du magazine Vibrations.

Les Mickeys et la marmite

Les albums de Bülb sont tirés entre 300 et 1000 exemplaires et vendus à pris aimable. Ces petits Mickeys-là ne font donc pas bouillir la marmite. «Dès que je me suis remboursé, je réinvestis illico dans un nouvel album, sourit Nicolas. Je travaille à mi-temps comme graphiste dans une boîte de communication.» Tout ça lui laisse encore quelques moments de répit pour écouter du rock, violon d'Ingres du Genevois. «Aux Etats-Unis, toute cette nouvelle scène bédé est liée aux vagues musiclaes récentes. Il y a un esprit semblable dans les deux domaines: le Do It Yourself. Soit l'idée que l'on peut réaliser des choses soi-même, avec un peu de débrouillardise et beaucoup d'indépendance. Bülb reste d'ailleurs à mi-chemin entre le fanzine et l'édition. Alternatif, le Nicolas? «Hum… plutôt décalé.»

Exposition Bülb, samedi 16, dès 18 h, Deuxième Bureau, 9, rue du Stand, entrée libre. Avec dédicace de John Porcellino par fax depuis les Etats-Unis et DJ Dez pour la partie musicale.