• vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure

“Il est bizarre, non?”

Maxime Pégatoquet, 2 janvier–2 février 1999
La Clef nº 45 (Spécial Noël), la ville incipit

L’histoire d’un gamin qui a de trop grandes mains. Ou comment un détail, amplifié par le regard des uns et les railleries des autres, peut faire basculer une existence… ou l’influencer pas mal en tout cas. “Joseph” parle de ces angoisses de jeunesse qui mettent tant de temps à cicatriser et pose une question plus grave: celle d’une certaine tolérance envers autrui, d’un Mal destructeur bien que naïf et enfantin.
Une histoire bien tournée avec des cases magnifiques de simplicité, un trait rappelant parfois celui de François Avril et des dialogues justes et grinçants… à lire, et vite! (Disponible dès mi-janvier 1999)
“]oseph”, Nicolas Robel. B.ü.L.b cornix, 48 page6. env. Frs 16.- Maxime