• vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure
  • vignette coupure

Collectif 2Wbox set y

Romain Meyer, jeudi 29 mars 2012
La Gruyère, Culture, BD

Avec Y, l’éditeur genevois B.ü.L.b comix propose sa 24e petite boîte - 4,5 × 3,5 cm - se déclinant selon l’alphabet. Y donc, soit l’avant-dernière aventure de cette collection mystérieusement appelée 2wBox. A l’intérieur, cinq bandes dépliantes, pour autant de petites BD. Au programme, la crème de la BD d’auteur. Avec une première surprise: la présence du caustique Américain Charles Burns (Black Hole), qui délaisse ses habitudes pour un récit à moitié écrit, à moitié dessiné. Il y a aussi la promenade étonnante du collectif lucernois It’s raining elephants, le trait lumineux - une balle? - qui traverse le dépliant du Genevois Xavier Robel, l’univers squelettique de l’Américain Mat Brinkman, ainsi qu’une vision du mariage par l’Allemande Aisha Franz. Un éventail de BD audacieuses et différentes dans un bel objet d’artisan.