Limbo – forever halo
Le roulement de deux skateurs qui s'entrecroisent sans s'autoriser aucune figure. Une montagne de carton, référence aux Skate Plaza – ixièmes et factices merveilles du monde qui ont fleuri tout autour de la planète. Un nuage à facettes composé de 12'000 miroirs, reflet d'un monde sans soleil où seul affleure la lumière artificielle. Bienvenue dans les limbes de Nicolas Robel.
L'infini comme figure absolue
Au mur, façon Bourbaki, un panorama de quarante-huit plateaux de skateboards en érable comme autant de planches dessinées. Sur chacune d'elles, gravé, le sigle de l'infini. Un symbole. Celui de la boucle inlassable et de la figure absolue du skater, l'image d'une sorte de purgatoire, d'une transe hallucinatoire dont il est impossible de les sortir. Aux double flip et aux front side, Nicolas Robel a préféré le retour aux sources. Époque «Kryptos» et «tic tac» des trottoirs. Le fond et la forme, plutôt que les tricks et la frime. Comme si skater, ce n'était pas jouer.
Sur chacun de ces plateaux, cinq, six ou sept éléments, peints à l'acrylique, hyper colorés. En tout, cela fait deux cents quatre-vingt-huit dessins comme autant de cases. Loin de la linéarité de l'album cartonné, on est face au concept affiché du livre qui se dévoile à mur ouvert. Dans Limbo, l'histoire se déroule sur des planches en bois, radeaux-dominos dont chaque morceau peut être déplacé indistinctement pour réinventer une histoire, retracer un parcours, réinitialiser une narration. Errer ou ne pas errer, telle pourrait être la question.
L'ennui comme spleen originel
Limbo. Entre ciel et terre, entre l'ici et l'au-delà, entre aujourd'hui et demain. Aussi fines que des tranches de jambon sandwichées entre deux réalités, ces planches dessinent la cartographie mentale d'une errance personnelle. Les cases racontent mille et une histoires, les mots s'entrechoquent, se réverbèrent, l'ennui est la valeur-refuge. L'ennui comme spleen robelien. «flat Valley», «random Cemetery», «anonyme Swimming Pool». D'un côté, une série d'adjectifs collant au plus près d'un entre-deux vaporeux, de l'autre, une constellation de termes tirés de vieux guides de randonnée et de cartes topographiques au 1:25000. Les planches sont comme autant de tirets de morse, reflets d'une communication muette aujourd'hui disparue où les trous des axes en seraient les points suggérés. Relisez vos fatigués Beadekers illustrés. Dans son univers aux couleurs chewing-gommesques, Nicolas Robel sème autant d'indices qu'un petit Poucet underground pour un parcours hypnotique oscillant entre le mythique du manuel des Castors Juniors et le mystique d'un David Lynch… Le skate comme casse-tête. Casse-skate.
L'équilibre comme moteur de l'existence
La musique est lancinante, répétitive. Les séquences se veulent symétriques, à la recherche d'un équilibre parfait. Cherchez l'humain, il n'est plus là. Comme si dans le monde élaboré par Nicolas Robel, l'avatar qu'il était avait sombré, asphyxié, perdant l'énergie qui était la sienne au début du jeu. Game over. Reste ces planches comme autant de témoignages rupestres d'une modernité vécue. Celles qui témoignent d'une jeunesse perdue, d'une époque révolue. En attendant, le roulement (des gommes, des batteries..) continue.
Limbo must go on.

Maxime Pegatoquet

conception sonore: Nicolas Field / performance sur roulettes: Guillaume Wepf + Mathieu Christe / réalisation des rampes et des plateaux de skate: Laurent Golay, LGS Skateboard / réalisation du DiscoCloud: Heidi Roethlin-Robel avec l'aide d'Arturo Maeder / liste incomplète jusqu'à la fin du montage. Patience.

Avec le soutien du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)


expositions:

Fumetto International comics Festival, KunstHalle-Luzern, Lucerne, Suisse
du 24 mars au 20 avril 2012

publication:

Le catalogue de l'exposition a été édité chez B.ü.L.b comix sous la forme d'une édition limitée sérigraphiée numérotée et signée d'un plateau d'érable stratifié. Produit en Suisse, ce skateboard sur mesure est autant adapté aux skaters exigeants qu'aux adeptes du skate de salon.

Haut de page