Extra Normal, Serge Fruehauf

Avec ses prises de vue réalisées à travers l’Europe, Fruehauf aborde la modernité architecturale sous un angle critique.

production

couverture, vue frontal, impression offset, gaufrage et collage de la vignette sur couvrure toilée
1/21
Extra Normal, Serge Fruehauf Serge Fruehauf, Centre de la photographie Genève couverture, vue frontal, impression offset, gaufrage et collage de la vignette sur couvrure toilée

Extra Normal, Serge Fruehauf

Serge Fruehauf, Centre de la photographie Genève

Avec ses prises de vue réalisées à travers l’Europe, Fruehauf aborde la modernité architecturale sous un angle critique.

Depuis plus de vingt ans, le photographe Serge Fruehauf a constitué une archive personnelle centrée sur des constructions ordinaires et des détails du bâti le plus souvent anonyme.

L’approche éditoriale conçue d’un commun accord avec l’artiste est radicale. Un livre n’est pas une exposition, des pages ne sont pas des cimaises et le terrain de jeu est tout autre. En pleine pandémie de géolocalisations assistées et de surveillance digitale, exit les métadonnées. Les œuvres photographiques, présentées sur plus de vingt ans, ne bénéficieront ni de dates, ni de lieu de prise de vue. Les cartes ont ainsi été redistribuées afin de plonger le lecteur dans sa propre confusion. A l’image des jeux vidéos immersifs où le joueur peut créer en temps réel des espaces inventés, Extra Normal est cadencé au rythme de déconstructions géographiques et temporelles et d’étranges et oppressantes représentations architecturales.

Sans concessions, à part pour l’ajout d’une pagination et le code barre mais sur une bande à part, Extra Normal, en 177 photographies au trois-quart argentique format 4/5, dépeint les obsessions humaines à travers le spectre de l’architecture “moderne”.

A force de béton, l’homme a disparu.